Zoom sur le festival: la gratuité, un choix!

Depuis la troisième édition, l’entrée du festival est passé de 5€ à GRATUIT. Une réflexion, un choix, un engagement, l’association Boule de Neige a depuis le début voulu rendre accessible ce festival.

  • L’accessibilité culturelle, un droit

Définition de l’accessibilité culturelle selon André Fertier (directeur du CEMAFOR)

« L’accessibilité culturelle est l’objectif à atteindre pour que le droit d’accès à la culture, inscrit notamment à l’article 27 de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme (1948), soit respecté pour tous. Elle est le fruit de l’exigence d’éviter toute présence ou création de barrière, de discrimination, de situation de handicap sur le plan physique, sensoriel, mental, psychologique, cognitif, social, financier, culturel pour l’accès à la culture. Elle concerne l’accès à l’information, aux œuvres, au patrimoine, aux pratiques culturelles, artistiques amateurs et professionnelles, aux médias télévisuels, et à la culture numérique. »

Ce droit est certes reconnu dans la Déclaration universelle des droits de l’homme. Il a été réaffirmé, noir sur blanc, dans la loi de lutte contre l’exclusion de 1998 et promu, encore récemment dans la déclaration du Conseil de l’Europe (lors de la 10eme conférence des ministres de la culture en Avril 2013).

Pourtant, ce droit est vécu, ou perçu le plus souvent, comme accessoire. La culture ne doit pas être élitiste. Elle devrait être un outil au service des collectivités, un outil de développement. La gratuité permet entre autre de retrouver un lien social de proximité.

 

Les Faits d'Hiver 2014

Les programmes du festival 2014

  • Surtout un problème d’argent

« Les «sorties culturelles  demeure un loisir socialement clivé. Question d’argent, surtout. La culture a un coût », rappelle Philippe Coulangeon (Sociologue) : « Nos pratiques culturelles sont en premier lieu structurées par les clivages économiques. » 

A l’heure où 10% des Hauts-Normands sont au chômage, il nous paraissait logique que l’accès des Faits d’Hiver soit gratuit.

La culture n’est pas une marchandise et c’est de cette affirmation que part notre réflexion.

L’une des raisons d’être de l’association Boule de Neige est de permettre aux artistes de trouver au sein du festival un lieu d’expression, de diffusion confortable à la rencontre d’un public aimant la découverte et le partage. Mais c’est aussi grâce à cette gratuité que ce dernier se déplace plus facilement dans un festival ou il ne connaît pas ou peu les artistes qui s’y produisent.

Contrairement aux études qui montrent que la gratuité des musées n’a pas attiré plus de public, la gratuité dans les lieux de spectacle met en avant son efficacité sur la fréquentation par des publics défavorisés et non coutumier. En 2008 une autre étude a révélé que cela permet la diversification et le renouvellement. Le festival rentre totalement dans cette catégorie. En effet, l’année 2010 (première année de gratuité) a enregistré un record d’affluence puisque l’une des soirées était a guichet fermé à savoir 600 personnes alors que les années précédentes il y avait environ 400 personnes, soit 50% d’augmentation.

Preuve que le coût d’entrée peut être une donnée importante dans le choix des sorties. Et l’âge du public va de quelques mois à plus de 60 ans, avec une moyenne tournant autour de 30 ans.

Mais il ne faut pas oublier que la gratuité du festival ne pourrait se faire sans le travail des bénévoles, et le soutien financier de certaines institutions et partenaires.

L'équipe du festival 2014

L’équipe du festival 2014

  • Le financement participatif

Pour toutes ces raisons, face aux difficultés de cette année (problème de subventions), notre choix s’est donc porté sur le financement participatif. Mais nous avions plusieurs possibilités :

L’entrée à prix libre : faire participer le public qui à l’entrée pourrait donner ce qu’il veut. Choix intéressant mais qui ne nous permettait pas d’anticiper la rentrée d’argent et par conséquent notre budget global.

Fixer un prix d’entrée : Même minime, nous voulions d’abord laisser la possibilité au public de donner ou pas en fonction de ses moyens. L’un des idéaux du festival, vous l’aurez compris, est la culture pour tous, un prix d’entrée risquant fortement d’être un frein.

Le financement participatif étant un choix qui alliait la connaissance du budget à investir, et la possibilité au public (et même au non public) de donner selon son envie et ses moyens.

Nous espérons par cet article vous faire comprendre notre choix et vous avoir donné envie de soutenir cet événement par quelques moyens que ce soit !

Pour nous aider: http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/sauvez-le-festival-les-faits-d-hiver

Crédit photos : Julien Tragin

Sources :

http://espacepro.e2ca.org/node/215

http://www.insee.fr/fr/regions/haute-normandie/default.asp?page=conjoncture/taux_chomage.htm

http://www.marianne.net/Culture-pour-tous-marche-arriere-toute-_a215295.html

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s